Recevez chaque semaine une actualité santé inscrivez-vous

Le mal de dos courant ou même la lombalgie concerne généralement le bas du dos : mal aux reins, tour de rein, lumbago… Tandis que le dos s’étend du cou au derrière, c’est la plupart du temps la région basse du dos qui est impactée avec quelque fois une relation au stress : en obtenir plein le dos… ! Mais quelles sont les motifs les plus courantes de ce mal de dos qui concerne entre 75 et 80% d’entre nous ? Et notamment la manière dont soulager et mettre en garde ces douleurs ?

Table des matières

Mal de dos : la manière dont le soulager ?. 1

Mal de dos : la manière dont apporter une réponse et la manière dont parfaire ?. 3

Mal de dos : les raisons des douleurs dorsales. 7

Douleur au dos : les facteurs à risques. 8

Douleur au dos : des signes avant-coureurs de douleurs variables. 9

Mal de dos : la manière dont mettre en garde ?. 10

Huiles de massage relaxantes incroyable pour la douleur au dos. 10

Huile de massage pour bébé recommandé pour eux. 11

Mal de dos : la manière dont apporter une réponse et la manière dont parfaire ?

Un mauvais mouvement et crac… la douleur lombaire est là, vive et tenace. Alors la manière dont agir : faut-il visionner ou bien non ? Et quels actes adoptés pour être soulagé le plus rapidement possible ?

– J’ai eu un problème vif, changé avec rapidité par des douleurs modérées au niveau du dos depuis un moment mais il n’existe pas d’autres signes avant-coureurs.

 – J’ai la possibilité de continuer mes activités journalières en dépit de la douleur.

– J’ai un opus de plus douloureux similaire à un ancien pour lequel le corps médical m’avait fait une conclusion et indiqué la cause : arthrose, médiocre posture…

Dans ces cas, les suggestions pratiques :

Maintenir les occupations tous les jours et physiques car le repos dans la plupart n’est pas recommandé !! En effet, l’inactivité peut faire durer les douleurs et d’aggraver finalement les signes avant-coureurs.

Si l’angoisse est un des éléments participant à la douleur, des méthodes de détente et relaxation peuvent être envisagées. L’automédication, en prenant un antalgique sous réserve de considérer plusieurs normes :

– Du paracétamol, à la bonne posologie soit pour un adulte au-delà de 15 ans : 4 gr limite par jour.

– Des anti-inflammatoires non stéroïdiens : Ibuprofène, Kétoprofène ou même aspirine. Ces produits thérapeutiques seront exploités seuls et sans les mixer et encore se faire aider par votre docteur ou pharmacien.

– L’emploi de correctif chauffant (ou de pommades chauffantes) permet aussi de diminuer la douleur.

 – L’usage de gels anti-inflammatoires en application locale offre un style très raisonnable et toujours fugace.

– Porter une ceinture de soutien lombaire est tout à fait indiqué parce qu’elle soulage les lombalgies aiguës (sciatique, lumbago) sous réserve de la porter en continu sur la journée mais sur une période courte.

Les ceintures de soutien lombaire peuvent de même être utiles pour les lombalgies chroniques en la mettant de manière intermittente avant de porter une charge pesante ou de faire une activité à crainte.

Porter une ceinture lombaire ne dévoile aucune crainte ni soucis et cela n’affaiblit pas du tout les muscles du dos.

S’il y a doute, je contacte mon docteur :

– Si au bout de plusieurs jours la douleur ne passe pas, ne baisse pas ou s’aggrave.

– Si la douleur descend dans une cuisse ou les deux soulignant une sciatique.

– Si les opus douloureux sont de retour la plupart du temps et que pas une seule conclusion n’a été fait.

– Si une grande tension peu courante est associée.

Je consulte mon corps médical le plus rapidement possible si :

– Des renseignements urinaires ou des problèmes à uriner sont associées à la douleur de dos.

– Des soucis à bouger un pied ou une cuisse.

 – La douleur de dos est apparu à la suite d’un traumatisme (chute, impact, accident…)

– Les douleurs de dos sont maximales en deuxième partie dans les ténèbres et interdisent de se reposer.

– Si les douleurs au dos sont dans le haut du dos et répercute dans le thorax, le bras gauche et peut-être la mâchoire.

– Des signes avant-coureurs liés à la douleur du dos font leurs apparitions : fièvre, toux, sueurs, faiblesse, vertiges…

Traitement homéopathique pour mal de dos :

Il faudra avoir l’avis de son docteur homéopathe avant de commencer son traitement afin d’élaborer exactement l’emplacement de chaque individu et d’adapter alors les souches et posologies homéopathiques à prendre.

Traitement par phytothérapie pour soulager le mal de dos :

Il est imaginable d’adopter des plantes à ciblée anti-inflammatoires et à action anti-déminéralisantes qui peuvent être associées, généralement, aux produits thérapeutiques traditionnelles. Il y’aura une action sur la douleur sera notamment portée par les plantes anti-inflammatoires avec :

 – L’Harpagophytum : c’est une plante généralement connue pour son action anti-inflammatoire et analgésique et elle est habituellement employée dans le traitement symptomatique des douleurs articulaires mineures qu’elles soient d’origine rhumatismale, arthrosique ou traumatique. Ne pas exploiter durant la maternité.

– La Reine des prés : ce végétal reste toujours désignée « aspirine végétale » et a une action anti-inflammatoire de fond.

– Le Cassis : les feuilles de cassis sont riches en flavonoïdes à action anti-inflammatoire et associée à une action diurétique qui encourage la suppression des déchets du corps.

Les plantes reminéralisantes, en traitement de fond, il sera possible d’adopter :

– L’Ortie dont les parties aériennes sont riches en calcium et en silicates et qui permet une action anti inflammatoire.

– La Prèle : ce végétal a un style reminéralisant du fait de sa forte teneur en silice qui endosse une fonction nécessaire dans la continuité et le renouvellement du tissu conjonctif.

– Le Lithotame : c’est une algue de mer qui cristallise sur son thalle le calcium essentiellement mais de même le magnésium et le fer et a dès lors une action reminéralisante et anti rhumatismale.

– Le Bambou : permet la fixation du calcium, la synthèse du collagène et des protéoglycanes impliqués dans l’apprentissage des os et ce végétal a aussi une action anti-inflammatoire. Se faire aider par votre pharmacien.

Traitement par aromathérapie pour les douleurs du dos :

FAITE ATTENTION : les huiles nécessaires sont contre indiquées au cours de la maternité et encore se faire aider par votre pharmacien avant usage.

Dans les huiles nécessaires à action anti-inflammatoire et préconisées pour le mal de dos, on peut dénicher l’huile obligatoire de Gaultherie qui est très fortuné en salicylate de méthyle qui a des qualités identiques à celles de l’aspirine.

L’huile nécessaire d’Eucalyptus citronné est anti-inflammatoire, antalgique et anti rhumatismale robuste. Des huiles de moment de tendresse charnelle peuvent aussi être exploitées pour soulager localement le mal de dos, elles contiennent souvent des huiles nécessaires de Ravintsara, de Petit grain bigaradier, de Menthe des champs, de Gaulthérie.

Mal de dos : les raisons des douleurs dorsales

Dans la majorité des cas, le mal de dos est mécanique et est généré par une fâcheuse position ou un mauvais mouvement mais pour 20% des cas, ce mal de dos peut être de nature inflammatoire et alors le diagnostic est toujours catégoriquement plus compliqué à faire.

L’origine du mal de dos est dans la majorité des cas mécanique car la colonne vertébrale est quotidiennement très demandée. Au centre des conséquences possibles du mal de dos on peut voir :

– Des contractures musculaires ! Et bien sûr ! Quasi systématiquement ce sont des contractures musculaires soudaines qui rendent la région lombaire très douloureuse.

– Des troubles au niveau de l’articulation entre 2 vertèbres : Le noyau central d’un disque vertébral peut se mouvoir et sortir de l’espace entre 2 vertèbres et former alors une hernie discale qui n’est douloureuse que si cela appuie sur une racine nerveuse.

Un glissement entre 2 vertèbres peut arriver après un travail brutal ou en raison du vieillissement générant un problème vif.

– L’arthrose qui peut s’étendre dès 40 ans (mais de même plus jeune) et elle peut générer des douleurs par l’apprentissage d’excroissances au niveau des vertèbres nommées « bec de perroquet ». Des séquelles d’un traumatisme. D’autres conséquences vraiment peu fréquentes : tumeurs, contamination, maladie inflammatoire chronique…

C’est fréquemment à la suite d’un inexacte mouvement dans le cadre d’une activité physique (rotation, flexion, redressement, mouvement des bras vers le haut, dégringolade, port de charges imposantes sans mesures, etc…) que la douleur apparaît brusquement.

C’est ce qu’on contacte un « lumbago » avec un problème intense et brutale mais qui s’éclipse en deux ou trois jours. Si il y a impacts physiques, d’exercice sportive intense, de actes répétitifs ou même au terme d’une rang installée trop longue (voyage avec un long trajet installé ou un travail prolongé assis devant un ordinateur) ce mal de dos peut apparaître.

Douleur au dos : les facteurs à risques

Des éléments de risques peuvent aggraver et générer l’arrivée d’un mal de dos :

– Le surpoids et plus précisément au cours de la maternité car les femmes doivent avoir un surpoids peu de temps après où les hormones féminines dont la progestérone induisent un relâchement des tissus musculaires.

– Les mauvaises postures au travail, en automobile, durant le repos.

– L’absence d’entraînement physique (exercices de renforcement du dos) ou à l’opposé le surentraînement avec des activités physiques mal adaptées.

– Le port de chaussures à haut talons.

 – Le tabagisme.

– L’angoisse durable avec la notion psychologique et le résultat ayant l’aspect de douleurs au niveau du dos.

– Des malformations vertébrales congénitales ou acquises (scoliose par exemple).

– L’arthrose. – L’ostéoporose.

Douleur au dos : des signes avant-coureurs de douleurs variables

Les signes avant-coureurs de douleurs peuvent être variables d’une personne à l’autre :

– Commencement brutal avec une plaisir de repli brutale et très vite des muscles dorsaux (entorse ligamentaire, déplacement vertébral ou plus quelquefois lésion musculaire).

– Douleur optimale l’après-midi et s’atténuant au cours de la journée avec des étirements adaptés pouvant rappeler un traumatisme musculaire ou à une arthrose.

– Douleurs descendantes le long de l’arrière d’une ou des 2 cuisses, on parle alors de sciatique ou lombosciatique et si la douleur passe devant la cuisse on parlera alors de cruralgie dans cet état, la douleur est exacerbée alors par la toux, l’éternuement ou le sport.

– Douleurs plus intenses la nuit dans le bas du dos : une évolution inflammatoire peut alors être abordé. Dans la majorité des cas (90% des douleurs de dos) on discute de lombalgies communes pour lesquelles l’origine de la douleur reste bien souvent inconnue.

Mal de dos : la manière dont mettre en garde ?

Pour mettre en garde l’introduction du mal de dos, certains recommandations simples (de postures notamment) peuvent être appliqués.

Donc, être vigilant à son dos en pliant les poignets lorsqu’on se penche, éviter d’être en surpoids, fonctionner une demi-heure tous les jours et exercer des exercices pour renforcer son dos et consolider sa sangle abdominale sont tant d’aides irremplaçable pour prendre soin de son dos.

Afin de se battre contre le mal de dos, il faut bouger ! Entretenir les muscles de son dos est essentiel et une séance de sport conforme et des exercices de prévention sont recommandés.

Tous les jours, apprendre à s’asseoir, apprendre à demeurer bien installé devant son pc, apprendre à ramasser un élément en se mettant accroupi, apprendre à porter une charge en pliant les poignets avant et prendre l’élément en le portant le plus près imaginable de la poitrine.

Apprendre à s’habiller, grimper en automobile et bien se placer dans les positions chaque jour pour faire sa toilette, son nettoyage, son jardin sont tant d’excellents réflexes permettant de sauvegarder son dos !

Enfin, pour les femmes, afin d’annoncer irrévocablement stop au mal de dos, favoriser les poches à dos sur les 2 épaules au lieu la dernière besace très tendance mais très peu pratique et éviter les talons hauts au-delà de 5 centimètres…

Alors avant de ramasser cet élément tombé par terre en se penchant cuisses tendues et en se fonctionnant en simultané (ce qui est la plus médiocre des postures), pensez à votre dos !

Huiles de massage relaxantes incroyable pour la douleur au dos

Donnez-vous un instant de pure détente au moyen des huiles de massage relaxantes ! Exploitez pleinement notre assortiment d’huiles de massage pour un indubitable moment de détente et de santé.

Les huiles de massage recommandées par nos pharmaciens sont agréables et parfumées, et une grosse quantité de celles-ci sont bio. Essayez aussi les huiles de massage à lArnica de Weleda, qui soulage la tension musculaire. Les plus écoulées : Huiles de massage Phytosum Aroms | Huile de massage Puressentiel

Voir aussi : Huiles de massage pour bébé.

Huile de massage pour bébé recommandé pour eux

Les huiles de massage peuvent être exploitées à tous les âges, et même en particulier pour les nouveau-nés. L’huile de massage pour bambin est alors composée d’ingrédients cent pour cent sélectionné pour tenir en estime la peau de votre gamin.

Ces huiles de massage bio se composent pour la quasi-totalité d’ingrédients d’origine végétale. Avec ces huiles, vous aurez l’occasion de proposer à votre bambin un indiscutable moment de détente, un instant qui le peu agité et le relaxe.

Vous pouvez lire également Comparateur de ceintures lombaires 2019.

Cet article Mal de dos : la manière dont le soulager ? vous a plus, partagez-le sur votre réseau social préféré